Le Berger Blanc Suisse

Le Berger Blanc Suisse

Les origines du berger blanc suisse

En regardant le berger blanc suisse, on ne peut qu’être frappé par sa ressemblance avec le berger allemand et pour cause il s’agissait à la base de la même race.
Tout commence le 3 avril 1899 à Karlsrühe en Allemagne dans une exposition canine où le capitaine Von Stephanitz (père de la race du Berger Allemand), tombe en admiration devant un berger allemand prénommé Hektor von Linksrheim qu’il achète et rebaptise Hrand Von Grafrath : il n’était pas de couleur blanche, mais on constate que la couleur blanche est une couleur naturelle chez le grand-père de Horand, Grief Sparwasser né en 1879 et qui était blanc. Horand est exclusivement utilisé pour la reproduction. Plusieurs de ses petits-enfants sont blancs. Un de ses descendants directs, Berno von der Seewiese, né en 1913, est le premier Berger Allemand Blanc inscrit au Livre d’élevage du SV (l’association de bergers allemands). Malheureusement, en 1933, le club du berger allemand décide d’exclure la couleur blanche des standards, triste décision dont la conséquence condamne à mort la quasi-totalité des chiots qui naissent blancs au sein des portées.

Berger Blanc Suisse
Berger Blanc Suisse mâle

Heureusement les premiers spécimens de bergers allemands blancs avaient été importés vers les USA.

Entre 1906 et 1912, les premières nichées de bergers allemands voient le jour sur le sol américain et dans ces portées naissent des chiots de couleur blanche.
Un premier berger allemand blanc est inscrit à l’AKC (American Kennel Club) en 1917.
La race est heureusement sauvée : les Américains tombent sous le charme du berger blanc et commencent l’élevage de lignées exclusivement blanches.

Dans le même temps, des sujets blancs sont importés au Canada qui oeuvrera, lui aussi, énormément pour la race.
Peu à peu, au fil de la sélection, le berger blanc s’éloigne du berger allemand pour devenir une race à part entière.
Dans les années 1960 et 70, le berger blanc fait son grand retour sur notre vieux continent, en Suisse bien sûr, mais aussi dans son pays d’origine l’Allemagne, puis petit à petit, dans plusieurs pays d’Europe tels que l’Autriche, la France, la Belgique…
Hélas le chemin vers la reconnaissance officielle prendra encore de très longues années. C’est la CSC (la société cynologique suisse) qui est le premier pays à reconnaître officiellement la race en 1991 ; premier aussi à soumettre à la FCI (fédération cynologique internationale), une demande de reconnaissance sur le plan international. Cette demande aboutit officiellement en janvier 2003 : le berger blanc devient donc le Berger Blanc Suisse.

Le physique du berger blanc suisse

Berger Blanc Suisse
Jeune Berger Blanc

D’une grande élégance, son corps présente des proportions harmonieuses : Il est de taille moyenne, légèrement allongée, bien musclée, l’ossature et secs et robustes. Sa taille est de 60 à 65 cm chez les mâles et de 55 à 60cm chez les femelles. La tête doit être adaptée au corps et doit être cunéiforme, la dentition articulée en ciseaux, forte et complète (42 dents), les oreilles dressées, et tournées vers l’avant, de grandeur moyenne et bien implantées parallèlement sur le haut du crâne.

La ligne de dos est droite elle s’étend du cou jusqu’à la croupe où elle s’incline légèrement. Le dos est modérément long, solide, robuste et bien musclé. Les pattes avant et arrière doivent être bien musclés et suffisamment allongées pour permettre une course déliée.
Le BBS présente deux types de poils : courts ou longs, tous deux dotés d’un sous poil abondant.
Son caractère doit être équilibré, sans nervosité, sûr de lui, ingénu et gentil.

Caractère et aptitudes du Berger Blanc Suisse

Chien majestueux au pelage blanc immaculé lorsqu’on voit le berger blanc on ne peut que tomber sous le charme de la force tranquille qu’il dégage. Le BBS a une personnalité sereine sans nervosité. Tendre, affectueux, il aime avant tout faire partie de la famille ; très proche de ses maîtres, il se montre un gardien vigilant.

Berger Blanc Suisse
Travail au mordant

Travailleur et titillé par son désir constant d’apprendre et de bien faire, ses nombreuses capacités en font un chien très polyvalent.

Son caractère doux et d’une très grande souplesse fait du BBS un chien très facile à éduquer : avec fermeté mais surtout sans aucune brutalité. Il éprouve un besoin vital de se dépenser plusieurs fois par jour : si vous êtes amoureux des longues balades ou passionné par les sports canins tels que l’agility, flyball ou même le jogging vous trouverez dans ce grand sportif un compagnon idéal. Proche des enfants, il est très protecteur et se montre un bon camarade de jeux. C’est un chien naturellement sociable et sans agressivité, courageux, résistant au stress, endurant et avec un grand sens olfactif.

Certains pays européens comme l’Allemagne, l’Autriche, et la France font appel à lui comme chien de travail. La facilité qu’il montre à comprendre ce qu’on attend de lui et ses grandes qualités physiques et psychiques font de lui un excellent chien de travail qui peut briller dans différentes disciplines : telles que chien de patrouille, de pistage, sauvetage, conduite sur troupeaux, ou chien guide pour aveugles, Auxiliaire de l’homme, les qualités du BBS seront aux services des personnes.

Sa nourriture idéale et les soins nécessaires

Voir plus haut pour dépenses physiques.

Berger Blanc Suisse
Chiot berger blanc suisse

Chez le berger blanc suisse il est important, afin d’éviter la coloration du poil, de ne pas lui donner carottes, maïs…et autres légumes trop colorés (il restera alors bien blanc). La croissance du berger blanc doit être lente et progressive puisque c’est un chien de grande taille. Il faut donc veiller à bien respecter le poids des rations et éviter le surpoids pour protéger l’ossature, la musculature, les tendons…

Il faut surtout ne pas oublier qu’il est préférable de donner la ration entière en 2 ou 3 fois afin d’éviter les torsions d’estomac auxquelles tout chien de grande race est prédisposé; il ne faut donc pas qu’il fasse d’effort intense après les repas.
Oreilles : toujours important de vérifier régulièrement qu’il n’y ait pas d’accumulation de sébum. Il est conseillé d’utiliser de l’huile d’amande douce et des cotons tiges spécifiquement pour chiens, protégez les oreilles contre l’eau lors du bain et des courants d’air.

Les yeux : comme toutes les races de couleur blanche, certains bergers blanc suisses peuvent avoir des secrétions au coin de l’œil. Vous trouverez facilement dans le commerce des produits adaptés pour le soin des yeux afin d’éviter une coloration des poils à cet endroit.

 » C’est une erreur de penser que parce son poil est blanc, il est salissant. « 

En effet son poil est « auto-nettoyant » : un brossage hebdomadaire sera suffisant afin de garder le poil propre et souple. Les brossages seront accentués en périodes de mue pour se débarrasser des poils morts. Un à deux bains par an est amplement suffisant mais veillez à utiliser un shampoing spécial poils blancs.

La santé du Berger blanc suisse

C’est un chien rustique qui n’a pas de problème de santé particulier il est résistant et très rarement malade.

 » Le Berger blanc suisse peut présenter une sensibilité génétique à différents médicaments « 

À partir d’un simple frottis buccal ou d’une prise de sang, il est possible par analyse ADN de savoir si le chien est porteur de la mutation MDR1, d’où l’intérêt lors de l’acquisition d’un chiot de s’adresser à des éleveurs sérieux et compétent, qui pratiquent ces tests. Assurez-vous aussi que les parents ont été radiographiés et sont exempts de dysplasie de la hanche et des coudes.

Le berger blanc, et une race en plein essor et récemment reconnue, n’hésitez à prendre votre temps pour vous renseigner à vous déplacer même loin, pour visiter plusieurs élevages afin de pouvoir comparer les différents types de chiens, la qualité et le caractère du berger blanc suisse peuvent être relativement différents d’une lignée à l’autre. Il est important de se rendre compte du travail de sélection effectué par l’éleveur et aussi de la façon dont les chiots sont élevés et socialisés. Un éleveur attentif pourra également vous orienter dans le choix de votre futur compagnon afin qu’il vous corresponde au mieux.

Berger Blanc Suisse
Indy of Luna Legacy et ses chiots

Vous avez craquez pour cette superbe race et vous avez décidé d’acquérir un Berger Blanc suisse ? Vous devez savoir qu’il est nécessaire de l’intégrer à la vie de famille. Il ne peut absolument pas être tenu constamment en chenil. L’éducation de votre chiot doit être accompagnée de beaucoup d’amour et de félicitations constantes, il est très réceptif et sensible à l’attention et affection portées par son maître. Il est important d’offrir au berger blanc une occupation adéquate qui aiguise son esprit et entraîne son corps. Ainsi, pendant de longues années, vous serez le maître d’un très bon Berger Blanc Suisse, heureux et sain.

Copyright textes et photographies : © Melody GASON © Vanesse GROSSEMY

Berger d’Asie Centrale – Chien de garde et de troupeau, race rare

Le Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Berger d’Asie Centrale Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Les origines du Berger d’Asie Centrale

Les Bergers d’Asie Centrale font partie des races canines les plus anciennes. Leur région d’origine est immense, ce qui explique la multitude de types locaux. Les chiens les plus originels et les plus aptes au travail viennent d’Afghanistan, du Tadjikistan et du Turkménistan.
Aujourd’hui la race dans sa forme originelle est en grand danger dû aux guerres, aux troubles politiques et à la perte des structures sociales et agricoles traditionnelles qui agitent leurs pays d’origine. Ailleurs le manque de sélection, des croisement incontrôlés et la consanguinité menacent leurs qualités génétiques, aussi bien physiques que psychiques.
La puissance et l’endurance physique, la force de caractère et la calme assurance, l’intelligence, la beauté rustique et tout particulièrement la longévité du Berger d’Asie Centrale Originel représentent une richesse génétique extraordinaire.

Le physique et les différents types du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Type « Montagne » Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Comme pour beaucoup de races de chiens protecteurs de troupeau, on coupe traditionnellement les oreilles et la queue des Bergers d’Asie Centrale plus ou moins court, pour les protéger des blessures, car ces parties sont effectivement très exposés aux morsures lors de combats avec des prédateurs ou d’autres chiens.
La coupe des oreilles et de la queue est aujourd’hui interdite en Europe de l’ouest.
Non-coupés les chiens paraissent plus harmonieux, moins guerriers, leur expressivité en est augmentée et leur ressemblance avec les races européennes de chiens de montagne, leurs probables descendants, se remarque d’avantage.

 

Berger d'Asie
Type « Steppes » Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Bien que le standard ne prévoie pas de limite supérieure de la hauteur au garrot, l’expérience des éleveurs et cynologues russes, aussi bien que de l’élevage du Hornihof indiquent indiscutablement que les chiens dépassant nettement les 80 cm et les 70 kg tendent, dans la majorité des cas, à développer des problèmes physiques (comme c’est le cas dans pratiquement toutes les grandes races).
Les cynologues russes distinguent 10 types locaux et font la différence entre les têtes en forme de brique et les têtes du type cheval, mais mentionnent également des têtes d’ours et des têtes en forme de coin. Nous retrouvons donc ici aussi le manque d’homogénéité spécifique à la race.

 » Les types originels ont une croissance particulièrement lente, ce qui est compensé par leur longévité encore plus grande. « 

Les chiens de travail originels ne sont ni particulièrement grands ni exagérément lourds.
La durée de vie est, comparativement, grande à très grande chez tous les types. Même dans les dures conditions de vie en Afghanistan, ces archétypes de chiens peuvent atteindre 14 à 17 ans. Certains individus auraient même dépassé les vingt ans.

 

Le caractère du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie
Berger d’Asie Centrale Photo : © Petra MELLERT

Les Bergers d’Asie Centrale sont d’un tempérament remarquablement serein et équilibré. Envers leur famille ils sont très tendres et attachants, sans être collants. Ils n’aboient jamais sans raison et grâce à leur assurance prononcée ils gardent longtemps leur calme, même quand ils sont provoqués. Mais quand ils jugent que leur intervention est nécessaire, ils foncent sans avertir et avec une rapidité impressionnante.
Comme tous les chiens de troupeau, ils ne sont pas aveuglément obéissants. Ils n’acceptent les ordres de leurs maîtres que si une réelle affection les lie et leur font sentir régulièrement le service qu’ils rendent en obéissant.
Le chien doit, dès son plus jeune âge, être pris en main avec autorité et fermeté, mais également avec sensibilité et affection.
Il n’est pas recommandé d’enlever les chiots de cette race trop tôt à la compagnie de leurs parents et de leurs frères et soeurs, car c’est dans la meute qu’ils apprennent le mieux à respecter une hiérarchie et à se soumettre.

En aucun cas les Bergers d’Asie Centrale ne doivent être dressés pour attaquer. Leur instinct naturel de protection n’a pas besoin d’être renforcé et l’obéissance inconditionnelle demandée dans ce genre de dressage est contraire au caractère de cette race. Il en résulterait de constants et aigus conflits d’autorité qui pourraient mener à des confrontations dangereuses.

Les besoins du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Troupeau de lamas et bergers de la Montagne Bleue Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Sans la possibilité de parcourir les vastes steppes et montagnes de leurs patries, les Bergers d’Asie Centrale ont besoin d’espace et d’exercice ainsi que d’un travail, si ce n’est pas comme protecteurs de troupeau, au moins en tant que gardiens d’un territoire qui corresponde à leur taille.

C’est en couple qu’ils sont le plus heureux, avec idéalement quelques animaux domestiques à protéger. Tout ce qui fait partie de la maison est rapidement reconnu et accepté, mais le chat du voisin est un prédateur qui envahit leur territoire. Il sera traité en conséquence.

 

 

Santé du Berger d’Asie Centrale

 » Comme pour tous les grands chiens, il faut être conscient du risque d’une torsion de l’estomac. « 

Bien que habitués, de par leur origine, à un régime maigre, une nourriture riche et équilibrée dans la phase de croissance de ces grands chiens est de la plus haute importance. A partir de 5 à 6 mois il faut néanmoins veiller à ne pas les suralimenter (particulièrement en protéines), afin d’éviter une croissance et une prise de poids trop rapides. Pendant cette période (jusqu’à environ 14 mois) il ne faut pas non plus leur faire faire des efforts trop soutenus.
Pour réduire ce risque il est recommandé de répartir la nourriture en deux repas quotidiens et d’éviter toute excitation après ces prises de nourriture.

Le Berger d’Asie Centrale : un chien de protection et d’avenir ?

Il semble probable que le besoin de chiens de protection fiables continuera à augmenter, d’une part, en raison du sentiment grandissant d’insécurité, de l’autre part, à cause de la réintroduction des grands prédateurs dans ce qui nous reste d’espaces sauvages. Cette dernière tendance, qui enrichit notre environnement naturel, pourrait être mieux acceptée par les éleveurs des régions concernées, s’ils disposaient de gardiens de troupeau efficaces.

Mise en garde

Dans tous les cas de figure la personne qui désire acquérir, ou qui possède un tel animal doit prendre conscience qu’il est un excellent gardien. Ce qui lui impose d’évaluer ses besoins et ses capacités à en assumer les conséquences: le temps nécessaire pour éduquer le chien, pour surmonter des crises d’autorité pendant la puberté, la construction de clôtures, un travail d’information vis à vis des voisins et des membres de la famille etc. Sans cette disponibilité, l’acquisition d’un berger d’Asie Centrale est à déconseiller.

Chiots berger d'Asie
Les chiots de la Montagne Bleue * © Petra MELLERT

Textes et  photographies : © Ronald GULDENSCHUH © Petra MELLERT

Les Chiens du Pamir de la Montagne Bleue
Ronald Guldenschuh et Petra Mellert
Hornihof
68480 Kiffis – France
Tel : + 33 (0)3 89 40 33 60
www.chiens-du-pamir.fr

 

* De la Montagne Bleue

« La Montagne Bleue » ou « Montindigo » ne sont pas des affixes FCI officiels. Les éleveurs à affixe s’engagent à ne pas produire de portées sans papiers LOF (livre des origines français). Bien que nous nous efforcions autant que possible de suivre les conditions des associations et fédérations d’éleveurs et que nous respections leurs intentions, nous nous réservons le droit de produire des portées expérimentales avec des parents non confirmés.
La situation dans laquelle se trouvent les Bergers d’Asie Centrale n’est pas comparable à celle des races plus courantes. Les chiens importés des pays d’origine n’ont, en général, pas de papiers et en dépit du fait que le livre des origines demeure, par chance, ouvert, ce qui, par conséquent, leur permet de se voir confirmés à titre initial, les animaux importés sont jugés selon des critères qui parfois placent des défauts mineurs avant des qualités extraordinaires. Si nos portées expérimentales produisent les résultats espérés, la prochaine génération sera confirmée.