Faire le deuil de son animal de compagnie

Faire le deuil de son animal de compagnie

Croix en pierre
A chacun sa religion, à chacun son deuil

La plupart de nos compagnons ont une longévité plus courte que la nôtre, c’est une réalité qu’il nous faut accepter.
A moins d’opter un perroquet dont l’espérance de vie avoisine les 50 ou 60 ans, vous devrez faire face au décès de votre animal.
Que la mort soit accidentelle, naturelle ou assistée, la douleur demeure la même, il est toujours trop tôt pour laisser partir l’être tant aimé.
Pour gérer au mieux ce moment difficile et qui fait pourtant partie de la vie, prenez le temps de lire ces quelques lignes qui j’espère vous aideront.

Oui, c’était le meilleur, oui il est parti trop tôt, oui c’est injuste. Mais il faut continuer, même sans lui.
Faire son deuil, c’est accepter le principe même de la vie. Le mieux est de se préparer au départ de son animal.

Enterrement ou incinération ?

Alors posez-vous la question de savoir ce que vous souhaitez pour votre compagnon avant d’être confronté au problème et ce, pendant qu’il est en bonne santé. Avoir décidé ce que l’on fera du corps, c’est déjà se simplifier la vie dans un moment déjà bien assez délicat.
De nos jours, les solutions post-mortem ont beaucoup évolué pour les animaux de compagnie. De l’enterrement à l’incinération, il y en a pour toutes les philosophies et surtout toutes les bourses.
Enterrer son animal dans son jardin est possible, contrairement à ce que l’on pense, mais sous certaines conditions qui rendent les opérations complexes dans un moment déjà traumatisant. L’enterrement d’animaux domestiques est régi par l’article L.226-1 et L.226-2 du Code rural qui précise que le corps doit peser moins de 40kg pour pouvoir être enterré à plus de 35 m des habitations, puits et sources ainsi qu’à une profondeur d’au moins 1,20 m puis recouvert de chaux vive.
Des cimetières pour animaux se développent un peu partout en France, renseignez vous auprès de votre vétérinaire qui vous fournira l’adresse la plus proche de chez vous. L’incinération est une solution de plus en plus privilégiée par les propriétaires. En matière d’incinération vous pouvez opter pour une incinération individuelle et alors reprendre les cendres de votre animal, ou une incinération collective, votre animal sera alors incinéré en compagnie d’autres animaux et les cendres seront dispersées par la compagnie d’incinération dans un jardin du souvenir à proximité de l’établissement. Ces centres d’incinérations pour animaux de compagnie sont très sérieux quant au suivi des animaux qu’ils prennent en charge. Pour une incinération individuelle, il faut compter une dizaine de jours avant de recevoir les cendres de votre animal qui vous seront remises dans une urne, vous aurez la possibilité de choisir différents modèles d’urne, moyennant finance bien évidemment.
Discutez de ce choix en famille pour obtenir l’accord de tous et ne plus avoir à revenir sur le sujet. Savoir comment les choses vont se dérouler permet de mieux gérer ce moment délicat.

Voir le corps ou pas ?

Chaque personne réagit différemment face à la mort, si votre animal décède à votre domicile la question de voir le corps sans vie ne se posera pas, cela s’imposera.
Dans le cas d’un décès suite à une hospitalisation, le vétérinaire vous donnera toujours la possibilité de voir la dépouille de votre compagnon. Libre à vous d’accepter ou non. Certaines personnes ont besoin de constater par eux-même que la vie a effectivement quitté leur animal. D’autres préfèreront conserver le souvenir d’un compagnon en mouvement et plein de vie. La vision du corps inerte permet d’éviter le déni de la mort de l’animal. Il s’agit d’un choix personnel que vous seul pourrez prendre le moment venu.

Seringue
La dernière piqûre

Pour une euthanasie, la question est d’autant plus complexe que c’est le propriétaire, sur les conseils du vétérinaire, qui décide de mettre fin à la vie de son animal. Faut-il rester ou non ? Encore une fois, tout dépend de la sensibilité de chacun et de son propre besoin. Certains sont incapable de rester, d’autres n’imaginent pas ne pas être là « jusqu’au bout ».
Si vous choisissez de laisser le vétérinaire seul avec votre animal pour ce dernier soin, vous aurez bien évidemment la possibilité de vous recueillir sur la dépouille de votre compagnon et lui adressé un dernier « au revoir ».

Une cérémonie pour mon animal ?

Quelque soit votre choix, enterrement ou incinération, quelque soit votre confession, une cérémonie funéraire peut vous aider dans votre processus d’acceptation et de deuil.
Cette cérémonie prendra la forme que vous souhaitez, ce moment vous permettra de remercier votre compagnon pour tous les moments de complicité partagée.

Je suis triste

Le chagrin est normal après la perte d’un être cher. Difficile de penser « ce n’est qu’un animal » quand ce dernier à partagé votre quotidien pendant de nombreuses années. L’absence est forcément pesante et chaque lieu vous rappelle un moment de vie avec votre compagnon.
Ne gardez pas vos émotions, partagez les avec des personnes, amis ou famille, qui ont connu votre animal. Rappelez vous des moments de joies et de bonheur que vous avez passé ensemble, les bons souvenirs vous aideront à avancer.
Avec le temps, les gestes quotidiens redeviennent plus légers à effectuer et d’autres habitudes se mettent en place.
Dans ce moment de deuil, le temps est votre meilleur allié.

Et après…

L’histoire continue…

Chiot yorkshire
Reprendre un chiot ou pas ?

Si le deuil est bien fait, reprendre un animal ne posera pas de problème.
Inutile de courir acheter un autre compagnon pour remplacer l’autre. Chaque être vivant est unique et aucun ne pourra prendre la place du disparu.
Pour les familles, consultez tous les membres avant de reprendre un animal, certaines personnes ont besoin de plus de temps que d’autre pour faire le travail de deuil et passer à une autre histoire. Précipiter l’arrivée d’un autre animal pourrait engendrer un rejet néfaste, aussi bien pour l’animal que pour la personne endeuillée.
Le plus simple est de prendre un animal totalement différent de celui qui vient de vous quitter, aucune comparaison entre les deux ne sera alors possible.
Il est certain que quand on est passionné par une race, il est très difficile d’en changer. Mais cela peut parfois vraiment compliquer l’intégration du nouvel animal, que l’on sera toujours tenté de comparer avec le précédent. Quoi de plus ressemblant que deux setter irlandais ou deux chats siamois ? La comparaison est naturelle. N’oubliez jamais que votre « perle rare » ne s’est pas formée du jour au lendemain. Laissez le temps à votre nouveau compagnon de prendre sa place et de grandir.

Quelques livres pour soulager son chagrin

D'autres races de chien