Se former

Evoluer

Se former, c’est pour moi l’occasion de mettre de l’autre côté. Etre à la place de celui qui apprend. Sur le terrain d’éducation canine, j’enseigne, je partage, je conseille. En formation, j’apprends, je partage et je reçois.

Passer deux jours aux côtés des chevaux et d’autres stagiaires m’a permis de me conforter dans ma vision du respect de l’animal.

Les chevaux ne sont pas des chiens me direz-vous. Certes, l’un est une proie et l’autre un prédateur. Pourtant, tous deux sont sociaux et vivent aux services de l’être humain depuis très longtemps. L’expression « aux services » peut choquer, pourtant les animaux nous ont rendu de précieux services avant notre sédentarisation et nos débuts en élevage ou encore avant l’invention du moteur à explosion. Une grande partie de notre « évolution » est liée à notre collaboration avec ces deux espèces.

Nos formatrices à sabots : Amazone et Gazelle

J’aime à préciser que si un être humain peut travailler avec un animal qui fait plus de 600 kilos c’est bien plus par la collaboration et la confiance que par la force. Je souhaiterais que beaucoup plus de propriétaires de chiens comprennent le concept de respect et de rigueur. Avec un animal de 600 kilos, il vaut mieux que le « pas bouger » fonctionne, car sinon, c’est l’accident. C’est la rigueur et la justesse de la demande qui permet d’obtenir tout cela.

Vocabulaire appris : décavaillonner

Sensation : Toujours aussi bien de sentir les guides entre les doigts (ça ressemble presque à de grandes laisses de chiens) avec un cheval de trait au bout.

Si je devais résumer ma formation en une phrase : « De la concentration naît la précision. »

Séance en ville avec nos chiens

Ma vision de la séance en ville est un mélange d’éducation, de désensibilisation et de sport canin. Pour utiliser un terme tendance, le dog parkour. Cela fait des années que je demande aux propriétaires et à leurs chiens de se servir du mobilier urbain pour stimuler la confiance, renforcer la complicité et pratiquer l’éducation à un niveau plus avancé.

Alors, oui, on monte, on descend, on contourne, on s’immobilise, etc. Bref, on utilise tous les ordres que l’on maîtrise avec l’environnement dont on dispose. Bien dans sa tête et bien dans ses pattes !

Difficile de croire que nous sommes en centre ville et pourtant, c’est bien le cas.

Une séance en ville s’organise de manière à augmenter progressivement la difficulté pour les chiens. Bruits, surfaces, odeurs… Tout peut être source de perturbation.

Toujours en ville, une partie plus urbaine du centre historique.

Merci à tous les participants canins. Du plus petit au plus grand, tous on eu un comportement exemplaire. La transposition des exercices appris sur le terrain d’éducation à un contexte urbain étaient une évidence pour tous nos compagnons.

Bravo !