Education toutes races

« Et vous éduquez toutes les races ? »

Quand un propriétaire quitte le terrain et croise l’élève suivant, la question la plus fréquente est « Et vous éduquez toutes les races ? ».

Ma réponse est toujours « Oui. »
Souvent, en fonction du chien présent pour la séance suivante, la conversation se poursuit par « Ha ben ça doit pas être toujours facile… »

Le plus petit chien qui a mis les pattes sur le terrain d’éducation est un chihuahua et le plus grand est un dogue allemand. Entre ces deux extrêmes, il y a eu toutes sortes de croisés, des races connues et d’autres plus confidentielles.

En plus de 15 ans d’activité professionnelle, j’ai pu constater l’évolution des tendances que l’on pourrait aussi qualifier d’effet de mode.
Le berger australien a remplacé le golden retriever. Le berger allemand a laissé sa place au malinois. Le staffie a détrôné le bouledogue français. Et petite anecdote rigolote, le boxer et le rottweiller ont retrouvé leur queue.

Syrano

Bleu merle

La confiance en soi et en son maître, voilà ce que je souhaite enseigner aux chiens qui passent sur le terrain d’éducation canine.
« Mon chien ne m’écoute pas. » est la phrase qui revient le plus souvent. As-t’il appris à vous faire confiance ? Avant de lui demander de vous suivre aveuglément dans toutes les circonstances, peut-être faut-il lui prouver qu’il peut vous accorder sa confiance.

Premier franchissement de la passerelle réussi pour ce jeune berger australien.

Avant d’exiger quoique ce soit de notre chien, posons nous quelques questions.

Si je ne sais déjà pas nager sans ma bouée dans le petit bassin, je vais attendre pour la traversée de la Manche. Inutile de tenter l’impossible et accumuler les échecs décourageants.

Impossible de parler d’éducation sans parler de progression.
Prenons le temps d’éduquer.