Braque du Bourbonnais

Les origines du Braque du Bourbonnais

Le Braque du Bourbonnais est déjà connu en 1598 comme chien « habile à chasser les cailles » (Histoire Naturelle d’ALDROVANDI, Bibliothèque Nationale). Il est décrit par les auteurs anciens comme agréable compagnon du chasseur, d’aspect et de santé rustique, naissant avec la queue courte, se présentant sous livrée à fond blanc, entièrement et finement moucheté de marron clair ou truite de fauve. Les éleveurs ont longtemps voulu imposer une robe originale  » lilas passé « , et l’obligation de naître avec la queue courte naturelle. Une sélection aussi sévère, sur des points secondaires, ne peut être imposée à une race disposant d’un cheptel réduit, et soumise par ailleurs aux épreuves de travail. Le résultat de cette sélection à l’envers aboutit à une désaffection totale des éleveurs : de 1963 à 1973 aucune inscription au L.O.F..

En 1970, Michaël Comte décida de rechercher les derniers chiens qui avaient du sang Bourbonnais. Il ne trouva que des bâtards dont chacun avait quelques caractéristiques du braque du Bourbonnais (taille, robe, forme de la tête, queue courte). Le plus marquant d’entre eux dont les gènes sont encore dominants dans tous les Bourbonnais actuels, fut Rasteau, un male fauve, aussi appelé Pyrrhus, dont le père était Napo, le chien du chanteur Pierre Perret, dont il fit une chanson.

Après divers croisements plus ou moins consanguins, il inscrit ses premiers braques du Bourbonnais à titre initial entre 1973 et 1975; dès lors, il fédéra autour de lui plusieurs éleveurs, qui, à partir de ses chiens, créèrent leurs propres lignées, et le nombre de naissances augmenta.
En 1981, le Club du Braque du Bourbonnais, disparu dans les années 50, fut recréé, (Michaël Comte en occupa la présidence jusqu’en 2001). A partir de ce moment, les succès du Bourbonnais en Field trial lui assurèrent une renommée qui permit à la race de prospérer.

« Les Bourbonnais actuels chassent bien et ont un format pratique, c’est l’essentiel. »

La queue courte naturelle était à nouveau présente, mais on eut la sagesse de ne pas en faire un critère primordial de sélection. Quand à la couleur « lilas passé », on la cherche encore dans les nouveaux Bourbonnais, qui sont plutôt « lie de vin » ou « fleur de pêcher ». Mais là aussi, on évite la « coloromanie », qui en son temps tua la race.

Braque du Bourbonnais
Bel arrêt de Laine
Photo : © Didier VERSAVEAU

Les besoins du Braque du Bourbonnais

 

Le Bourbonnais a été principalement sélectionné pour la chasse, il a donc besoin d’exercice régulier.
Sa robe de poils courts ne nécessite aucun entretien particulier.

Le caractère du Bourbonnais

« Le chien de madame pendant la semaine et celui de monsieur le dimanche. »

Le Bourbonnais a besoin de contact régulier avec ses maîtres, il ne faut pas le laisser des jours entiers au chenil. Il s’entend bien avec ses congénères, mais ce sont les contacts avec les humains qui l’intéressent le plus.
Ces caractéristiques en font pour la famille d’un chasseur.

La santé du Braque du Bourbonnais

Pas de problème de santé particulier, on trouve des Bourbonnais qui chassent sans problème sous toutes les latitudes (de la Finlande à l’Angola) et dans tous les biotopes (des plaines américaines aux eaux froides du Canada).

 

Chiot du Rocher des JastresVrac du Rocher des Jastres
Photo : © Michaël COMTE

 

Textes : © Michel et Michaël COMTE
Photographies :

  • © Michel et Michaël COMTE
  • © Didier VERSAVEAU

Michaël Comte
« Les Jastres »
385 Avenue Beauséjour
83700 Saint Raphaël
FRANCE
Tel: +49 172 84 14 285
www.braquedubourbonnais.info

D'autres races de chien