Saint-Hubert

Les origines du chien de Saint-Hubert

Le chien de Saint-Hubert (bloodhound en anglais) descend de chiens courants du Moyen-Age et de la Renaissance. Ses origines remontent à certains chiens déjà connus à l’époque gallo-romaine. Ce sont les moines de l’abbaye fondée dans les Ardennes par l’évêque Hubert, au départ simple moine, puis canonisé en Saint Hubert qui ont amélioré la souche ancienne de ce chien. On comprend mieux ainsi l’origine du Saint Patron des chasseurs et sa passion pour la chasse. La robe originelle de la race est d’abord noire pour devenir noire et feu au fil du temps. La race moderne a été reconstituée en Angleterre il y a environ 150 ans et pourtant ses origines sont belges.

Le caractère du Saint-Hubert

Saint Hubert
Nemrod Famous Alhavant
Photo : © Michèle MOUBECHE

 

Le chien de Saint-Hubert est un chien d’exception, de légende, un compagnon au grand coeur à la prestance majestueuse qui une fois rencontré ne peut laisser indifférent. De part son caractère aimant, jovial et attachant, il se donne sans compter à son maître et quand il se sent payé de retour il n’a de cesse de lui apporter, tendresse, joie, fierté, fierté parce qu’il est noble et majestueux, fierté parce que ce qui lui est demandé de faire, chasse, pistage, recherches, il le fait pour son maître et en parfaite communion avec lui. Bien sûr il est un peu cabochard quelques fois, il a du « caractère » mais c’est dans sa nature et il ne suffit bien souvent que d’un peu de compréhension et de savoir-faire pour que règne la bonne entente. On dit qu’il faut avoir une main de fer dans un gant de velours.

Le chien de Saint-Hubert a besoin de maîtres connaissant la race et qui prendront le temps de leur inculquer des règles de vie avec douceur, patience et détermination car il a horreur des coups, de la violence et de la mauvaise entente familiale. En général ce chien se comporte amicalement avec les visiteurs, ce n’est absolument pas un chien de garde. Il aime beaucoup les enfants et il est rare qu’il ne voue pas une amitié sans réserve aux enfants de sa famille.

Les aptitudes du Saint-Hubert

Saint Hubert
Le Saint Hubert : un fin limier
Photo : © Michèle MOUBECHE

 

Le chien de Saint-Hubert fait partie à part entière du 6ème groupe celui des chiens courants et il est à l’origine de nombreux chiens de ce groupe. Sa fonction première est donc tout naturellement la chasse, et pour être certain qu’il sera le compagnon idéal on peut respecter ces quelques règles :

A 6 mois, on peut commencer à éduquer le chiot pour l’obéissance et le pistage. A 1 an, on peut commencer à le faire suivre à la chasse, sans le fatiguer, car il faut savoir que sa croissance est longue.
Il ira à son rythme et son maître devra s’armer de patience afin de ne pas décourager son élève.
A 18 mois, ce sera un chien passionné prêt à affronter toutes les difficultés de la chasse.

Le Saint-Hubert est un excellent rapprocheur, un chien de pied, il excelle dans la chasse aux cervidés comme celle du sanglier et il peut très bien découpler sur la voie du lièvre. Il est utilisé pour la recherche au sang, il peut aussi faire du pistage et il est aussi utilisé pour la recherche utilitaire. Le chien de Saint-Hubert est un chien polyvalent, à savoir qu’il peut s’adapter à une autre vie que sa fonction première et qu’il fait un magnifique chien de compagnie aimant, attachant et qui cherche toujours à faire plaisir.

Le physique du Saint-Hubert

Saint Hubert
La tête caractéristique du Saint Hubert
Photo : © Michèle MOUBECHE

 

Le chien de Saint-Hubert est un chien de chasse de grande taille au corps massif mais toutefois sans lourdeur. Sa forte ossature ainsi que sa bonne musculature s’inscrivent dans un rectangle.

 » La tête du Saint-Hubert est très caractéristique de la race. « 

Elle doit être très longue à la fois haute et étroite, tout en restant majestueuse et pleine de noblesse. La peau abondante qui couvre la tête et le cou du Saint-Hubert impressionne toujours tout en rajoutant un côté solennel à ce chien.
Le chien de Saint-Hubert doit être capable de maintenir un trot sur de longues distances sans présenter de signes de fatigue.
La robe de ce chien peut être de trois couleurs : bicolore noir et feu ou foie et feu, enfin, l’unicolore rouge qui peut varier du rouge clair au rouge foncé.

Les proportions idéales du Saint-Hubert :

  • Pour le mâle 68 cm + ou – 4cm et un poids de 46 à 54 kg
  • Pour la femelle 62 cm + ou – 4cm et un poids de 40 à 48 kg

Le Saint-Hubert, malgré sa morphologie de grand chien garde des allures souples et élastiques qui étonnent toujours les néophytes.

La santé du Saint-Hubert

 » Il est le plus populaire des chiens courants. « 

Le chien de Saint-Hubert est un chien rustique qui aime la vie à l’extérieur, il a besoin de se dépenser, pour se muscler, se développer harmonieusement, rester un chien équilibré. Il faut donc lui assurer espace, promenades journalières, un abri qui sera pour lui sa propriété. Il n’en appréciera que mieux, canapés et autres tapis lorsque qu’il en aura la permission. Il faut aussi savoir, que c’est un chien, qui tient sa place dans une famille tant en taille que par sa présence affectueuse et aimante. Il est souvent catalogué comme « pot de colle » car il est avide de caresses et aime sentir la présence de ses maîtres.

Ni très rare, ni très répandu, il a l’avantage de ne pas passer inaperçu. Alors ? chasseurs ou non chasseurs le chien de Saint-Hubert mérite d’être mieux connu.

 

Saint Hubert
Portée des Échos de Saint Hubert
Photo : © Michèle MOUBECHE

Textes :

  • © Michèle MOUBECHE
  • Adaptation du Standard F.C.I. N°84/22.06.2001/F

Photographies :

  • © Michèle MOUBECHE

Élevage des Échos de Saint Hubert
Michèle MOUBECHE
72250 Parigné L’Évêque – France
http://sainthubertdog.free.fr

 

Si vous souhaitez donner une deuxième chance à un Saint-Hubert, l’association « à cors et à cris, chiens de Saint-Hubert en détresse » organise le placement de cette race, hélas elle aussi touchée par les abandons.

Leonberg

Les origines du chien de Leonberg

Leonberg
Leonberg adulte

Les origines du Leonberg ne sont pas encore complètement éclaircies. Un certain Heinrich Essig revendiquait la création de cette race en Allemagne dans la ville de Leonberg où il siègeait en tant que conseiller municipal. Néanmoins, on sait, qu’un mélange des races, comme celui indiqué par Essig (Terre-Neuve, Saint-Bernard et Montagne des Pyrénées), n’aurait pas pu donner un chien Leonberg. Nous savons que des anciennes peintures montrent ce chien à la cour d’Autriche bien plus tôt. La race viendrait donc d’Allemagne, d’Autriche et du Tyrol. C’est en 1846 que sont nées les premiers chiots portant le nom de « Chien de Leonberg ».
A l’origine destiné à la garde des fermes et au trait, le Leonberg a su s’adapter à la vie moderne et ses contraintes, ce qui en fait un excellent chien de famille.

Description du physique du Leonberg

Leo
Chiot leonberg

Le Chien de Leonberg est puissant et bien musclé, mais qui garde de l’élégance. C’est un chien type Montagne, ses commissures de lèvres sont fermées, il ne bave donc pas. Son poil est fauve charbonné ou fauve, et sa tête masquée de noir obligatoirement. Ses yeux, toujours bruns, sont d’autant plus appréciés qu’ils sont foncés. Une petite tache blanche peut être acceptée sur le poitrail (n’excédant pas la taille d’une main) ainsi que quelques poils blancs entre les doigts.

Certaines femelles atteignent 65 kg pour 73 cm, des mâles 85 kg pour 85 cm. La taille idéale rescherchée est de 70 cm pour la femelle et 76 cm pour la mâle.

Chiots Leonberg
Naissance au Clos des Bruyères

Les têtes des mâles sont souvent plus carrées, leurs poils sont souvent plus fournis et plus longs, notamment au niveau de la crinière, des antérieurs et de la culotte aux postérieurs.
La truffe et les coussinets du Leo doivent être noirs, une pigmentation marron est éliminatoire pour la confirmation.

La santé du Leonberg

Le Leonberg doit recevoir une alimentation très riche et hautement digestible car son estomac est relativement petit et sa croissance impressionnante. Un chiot mâle peut multiplier son poids de naissance 150 à 200 fois dans sa vie, pour finir à 85 kg pour 85 cm.

Comme toutes les grandes races il est également sujet au retournement d’estomac (suite à la dilatation). Il faut donc veiller à le laisser manger tranquillement et ne pas l’inciter à courir ou à jouer après son repas.

La confirmation se fait à partir de 15 mois mais on considère ce chien adulte à l’age de 2 voire 3 ans. Pour le Leonberg, pratiquer un exercice régulier est bénéfique, la marche et la natation musclent un dos et une arrière main parfois fragiles. Il faut éviter par contre les excès jusqu’à l’age adulte, soit 15 – 20 mois. Trop d’exercice est nocif pour la santé du jeune Léo, notamment les sauts.

Chien de Leonberg
Adulte et chiot de race Leonberg

Comme toutes les grandes races, sa longévité se situe entre 9 et 12 ans en moyenne. Certains Léos arrivent à 15 ans, mais c’est rare.
Lors de l’acquisition d’un chiot Leonberg, il faut veiller au stade de dysplasie des parents. En France on peut reproduire avec les stades A, B et C. Le stade A, signifie que le chien n’est pas atteint de la maladie au moment de la radiographie. Cette radio doit être réalisée par un vétérinaire sous anesthésie générale, puis être envoyée pour contrôle à un vétérinaire du Club français du Leonberg, qui certifiera le stade par courrier et enverra une copie à la Société Centrale Canine.
Le nettoyage des yeux et des oreilles doit être réalisé fréquemment.
Le brossage s’effectue au ryhtme de deux fois par semaine, le Leonberg ayant un sous-poil fourni.

Le caractère du Leo

Chien de Leonberg
Les Leonbergs aiment l’eau

Le Leonberg a besoin qu’on s’occupe de lui, sa priorité est sa famille. Même si c’est un chien imposant de par sa taille et son poids, il n’a pas besoin d’énormément de place. Un jardin est suffisant, s’il est sorti assez souvent en promenade. Il préfère rester avec ses maîtres à la maison.

 » Le Leonberg est un « gros nounours » très affectueux. « 

Le caractère du Leonberg est doux et très agréable. Il aboie peu, n’est pas agressif, adore les enfants et aime jouer ou courir. C’est un chien qui aime nager. Ses pattes, qui sont d’ailleurs à demi palmées, font de lui un excellent nageur. Il est un peu têtu mais n’insiste pas, si on se laisse pas faire. Il faut l’éduquer tôt mais il n’a pas besoin d’un dressage, un peu de bon sens, toujours les mêmes ordres et il comprend rapidement ce qu’on lui demande de faire.

Ce n’est pas un chien destiné à l’attaque ou la défense mais le Leonberg impressionne de par sa taille et sa voix.

Chien de Leonberg
Portée de Léos du Clos des Bruyères

Copyright textes et photographies : © Sylvia DUMONT et extraits adpatatés du standard FCI N°145 /20.09.2002/F

Sylvia et Patrick DUMONT
Le Clos des Bruyères
8, Les Lainés
89770 BOEURS EN OTHE – France
Tel : + 33 (0)3 86 88 19 01
www.appaloosa-leonberg.com

Page 6 sur 17« Premier...45678...Dernier »