Berger d’Asie Centrale – Chien de garde et de troupeau, race rare

Le Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Berger d’Asie Centrale Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Les origines du Berger d’Asie Centrale

Les Bergers d’Asie Centrale font partie des races canines les plus anciennes. Leur région d’origine est immense, ce qui explique la multitude de types locaux. Les chiens les plus originels et les plus aptes au travail viennent d’Afghanistan, du Tadjikistan et du Turkménistan.
Aujourd’hui la race dans sa forme originelle est en grand danger dû aux guerres, aux troubles politiques et à la perte des structures sociales et agricoles traditionnelles qui agitent leurs pays d’origine. Ailleurs le manque de sélection, des croisement incontrôlés et la consanguinité menacent leurs qualités génétiques, aussi bien physiques que psychiques.
La puissance et l’endurance physique, la force de caractère et la calme assurance, l’intelligence, la beauté rustique et tout particulièrement la longévité du Berger d’Asie Centrale Originel représentent une richesse génétique extraordinaire.

Le physique et les différents types du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Type « Montagne » Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Comme pour beaucoup de races de chiens protecteurs de troupeau, on coupe traditionnellement les oreilles et la queue des Bergers d’Asie Centrale plus ou moins court, pour les protéger des blessures, car ces parties sont effectivement très exposés aux morsures lors de combats avec des prédateurs ou d’autres chiens.
La coupe des oreilles et de la queue est aujourd’hui interdite en Europe de l’ouest.
Non-coupés les chiens paraissent plus harmonieux, moins guerriers, leur expressivité en est augmentée et leur ressemblance avec les races européennes de chiens de montagne, leurs probables descendants, se remarque d’avantage.

 

Berger d'Asie
Type « Steppes » Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Bien que le standard ne prévoie pas de limite supérieure de la hauteur au garrot, l’expérience des éleveurs et cynologues russes, aussi bien que de l’élevage du Hornihof indiquent indiscutablement que les chiens dépassant nettement les 80 cm et les 70 kg tendent, dans la majorité des cas, à développer des problèmes physiques (comme c’est le cas dans pratiquement toutes les grandes races).
Les cynologues russes distinguent 10 types locaux et font la différence entre les têtes en forme de brique et les têtes du type cheval, mais mentionnent également des têtes d’ours et des têtes en forme de coin. Nous retrouvons donc ici aussi le manque d’homogénéité spécifique à la race.

 » Les types originels ont une croissance particulièrement lente, ce qui est compensé par leur longévité encore plus grande. « 

Les chiens de travail originels ne sont ni particulièrement grands ni exagérément lourds.
La durée de vie est, comparativement, grande à très grande chez tous les types. Même dans les dures conditions de vie en Afghanistan, ces archétypes de chiens peuvent atteindre 14 à 17 ans. Certains individus auraient même dépassé les vingt ans.

 

Le caractère du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie
Berger d’Asie Centrale Photo : © Petra MELLERT

Les Bergers d’Asie Centrale sont d’un tempérament remarquablement serein et équilibré. Envers leur famille ils sont très tendres et attachants, sans être collants. Ils n’aboient jamais sans raison et grâce à leur assurance prononcée ils gardent longtemps leur calme, même quand ils sont provoqués. Mais quand ils jugent que leur intervention est nécessaire, ils foncent sans avertir et avec une rapidité impressionnante.
Comme tous les chiens de troupeau, ils ne sont pas aveuglément obéissants. Ils n’acceptent les ordres de leurs maîtres que si une réelle affection les lie et leur font sentir régulièrement le service qu’ils rendent en obéissant.
Le chien doit, dès son plus jeune âge, être pris en main avec autorité et fermeté, mais également avec sensibilité et affection.
Il n’est pas recommandé d’enlever les chiots de cette race trop tôt à la compagnie de leurs parents et de leurs frères et soeurs, car c’est dans la meute qu’ils apprennent le mieux à respecter une hiérarchie et à se soumettre.

En aucun cas les Bergers d’Asie Centrale ne doivent être dressés pour attaquer. Leur instinct naturel de protection n’a pas besoin d’être renforcé et l’obéissance inconditionnelle demandée dans ce genre de dressage est contraire au caractère de cette race. Il en résulterait de constants et aigus conflits d’autorité qui pourraient mener à des confrontations dangereuses.

Les besoins du Berger d’Asie Centrale

Berger d'Asie Centrale
Troupeau de lamas et bergers de la Montagne Bleue Photo : © Ronald GULDENSCHUH

Sans la possibilité de parcourir les vastes steppes et montagnes de leurs patries, les Bergers d’Asie Centrale ont besoin d’espace et d’exercice ainsi que d’un travail, si ce n’est pas comme protecteurs de troupeau, au moins en tant que gardiens d’un territoire qui corresponde à leur taille.

C’est en couple qu’ils sont le plus heureux, avec idéalement quelques animaux domestiques à protéger. Tout ce qui fait partie de la maison est rapidement reconnu et accepté, mais le chat du voisin est un prédateur qui envahit leur territoire. Il sera traité en conséquence.

 

 

Santé du Berger d’Asie Centrale

 » Comme pour tous les grands chiens, il faut être conscient du risque d’une torsion de l’estomac. « 

Bien que habitués, de par leur origine, à un régime maigre, une nourriture riche et équilibrée dans la phase de croissance de ces grands chiens est de la plus haute importance. A partir de 5 à 6 mois il faut néanmoins veiller à ne pas les suralimenter (particulièrement en protéines), afin d’éviter une croissance et une prise de poids trop rapides. Pendant cette période (jusqu’à environ 14 mois) il ne faut pas non plus leur faire faire des efforts trop soutenus.
Pour réduire ce risque il est recommandé de répartir la nourriture en deux repas quotidiens et d’éviter toute excitation après ces prises de nourriture.

Le Berger d’Asie Centrale : un chien de protection et d’avenir ?

Il semble probable que le besoin de chiens de protection fiables continuera à augmenter, d’une part, en raison du sentiment grandissant d’insécurité, de l’autre part, à cause de la réintroduction des grands prédateurs dans ce qui nous reste d’espaces sauvages. Cette dernière tendance, qui enrichit notre environnement naturel, pourrait être mieux acceptée par les éleveurs des régions concernées, s’ils disposaient de gardiens de troupeau efficaces.

Mise en garde

Dans tous les cas de figure la personne qui désire acquérir, ou qui possède un tel animal doit prendre conscience qu’il est un excellent gardien. Ce qui lui impose d’évaluer ses besoins et ses capacités à en assumer les conséquences: le temps nécessaire pour éduquer le chien, pour surmonter des crises d’autorité pendant la puberté, la construction de clôtures, un travail d’information vis à vis des voisins et des membres de la famille etc. Sans cette disponibilité, l’acquisition d’un berger d’Asie Centrale est à déconseiller.

Chiots berger d'Asie
Les chiots de la Montagne Bleue * © Petra MELLERT

Textes et  photographies : © Ronald GULDENSCHUH © Petra MELLERT

Les Chiens du Pamir de la Montagne Bleue
Ronald Guldenschuh et Petra Mellert
Hornihof
68480 Kiffis – France
Tel : + 33 (0)3 89 40 33 60
www.chiens-du-pamir.fr

 

* De la Montagne Bleue

« La Montagne Bleue » ou « Montindigo » ne sont pas des affixes FCI officiels. Les éleveurs à affixe s’engagent à ne pas produire de portées sans papiers LOF (livre des origines français). Bien que nous nous efforcions autant que possible de suivre les conditions des associations et fédérations d’éleveurs et que nous respections leurs intentions, nous nous réservons le droit de produire des portées expérimentales avec des parents non confirmés.
La situation dans laquelle se trouvent les Bergers d’Asie Centrale n’est pas comparable à celle des races plus courantes. Les chiens importés des pays d’origine n’ont, en général, pas de papiers et en dépit du fait que le livre des origines demeure, par chance, ouvert, ce qui, par conséquent, leur permet de se voir confirmés à titre initial, les animaux importés sont jugés selon des critères qui parfois placent des défauts mineurs avant des qualités extraordinaires. Si nos portées expérimentales produisent les résultats espérés, la prochaine génération sera confirmée.

Welsh Corgi Pembroke et Welsh Corgi Cardigan

Welsh Corgi Pembroke et Welsh Corgi Cardigan

Les origines du Welsh Corgi Pembroke et Cardigan

Welsh Corgi Cardigan et Pembroke
Welsh Corgi Cardigan et Pembroke

Corgi provient des racines galloise “cur” et “gi” et signifie “chien nain” ou “chien de travail”, selon les traductions. Les Corgis sont aussi parfois appellés “heelers” (talonneurs) à cause de leur façon de conduire le bétail, en le mordillant aux jarrets. La ville de Pembroke, sur la côte sud du Pays de Galles, donne son nom au comté de Pembrokeshire, tandis que Cardigan est une petite ville portuaire du centre du Pays de Galles, dans la région de Ceredigion.

Le Pembroke possède des origines Spitz, mais sans qu’on ait pu définir exactement si cette race descend des Valhunds, des Lundehunds ou des ancêtres des actuels Schipperkes et Spitz nains. Ses origines remonteraient au 10ème siècle après J-C.

On pense que les origines des Welsh Corgis Cardigan remontent à il y a plus de 3000 ans au Pays de Galles. Cette race descendrait de la famille des Bassets, qui a aussi produit le Teckel. Il aurait été amené là par les tribus celtiques qui émigraient au Pays de Galles depuis l’Europe centrale. Par la suite, ce chien primitif fut croisé avec des races locales, tel le Brindle Herder (“Berger bringé”).

Dans le temps, les Corgis étaient principalement utilisés comme chien de troupeau, sur les bovins. Ils menaient les vaches au pré et les rassemblaient le soir pour les faire rentrer à la ferme. On sait qu’ils étaient également utilisés pour conduire des poneys, et aussi des oies au marché. Généralement, ils assuraient un peu de garde et de dératisation à la ferme, ce qui en faisait de petits chiens très polyvalents. De nos jours, les Corgis peuvent être utilisés à toutes sortes d’activités, sportives ou utilitaires. Ils sont très répandus comme chiens d’assistance aux malentendants aux U.S.A.

 » Une légende répandue affirme qu’autrefois, les Pembrokes étaient les montures des elfes, dont ils ont gardé la trace de la selle sur leur dos. « 

En 1933, la famille royale anglaise adopte son premier Pembroke. Ils sont restés depuis les chiens préférés de la Reine Elisabeth, qui en a même fait l’élevage. C’est pourquoi de nos jours, ils restent les plus connus des deux races de Corgis.

C’est en 1934 que le Kennel Club anglais reconnaît les Welsh Corgis comme deux races bien distinctes.

Le caractère des Corgis

Welsh Corgi Cardigan
Welsh Corgi Cardigan, Mino et Sacha

Les Corgis sont de petits chiens de bergers très amicaux. Malgré leur petite taille, ils possèdent plutôt le caractère d’un « grand chien ». Pembrokes comme Cardigans sont éveillés et intelligents. Ils sont tous deux très expressifs et savent se faire comprendre facilement. L’éducation saura se faire douce, mais ferme, tous deux pouvant parfois révéler quelque tendance à l’obstination qu’une hiérarchie bien établie saura vite dissiper. Bien éduqués, ils sont très obéissants et comprennent au quart de tour ce qu’on attend d’eux. Ils sont très attachants et amènent une grande joie de vivre partout où ils passent. Ils ne sont pas particulièrement aboyeurs, et lorsqu’ils ne sont pas laissés à eux-même (comme tout chien), ils ne donnent de la voix qu’à bon escient. Les Corgis ne sont pas spécialement fugueurs, au contraire leur tempérament berger les pousse à rester au contact du maître. Plus massif, le Cardigan se révèle aussi très sportif et demande de grands moments de détente. Le Pembroke est parfois coquin et use de ruses diverses pour arriver à ses fins. Bien sociabilisés, les Corgis se révèlent de formidables compagnons équilibrés qui conviendront à tout type de propriétaires. Sans oublier qu’ils adorent les enfants.

La morphologie du Welsh Corgi Pembroke et du Welsh Corgi Cardigan

Welsh Corgi Cardigan
Thelonious Monk de Shamquin

La première chose qui frappe les personnes qui découvrent les Corgis est leur ressemblance avec un renard. En fait, un Corgi possède davantage un « air de renard » qu’une ressemblance réelle avec eux.

Les deux races de Corgis sont des chiens bas et longs, possédant une ossature puissante pour leur taille, qu’il convient de ménager durant la période de croissance. L’avant du Cardigan se distingue par la forme des antérieurs, légèrement torses. Le corps est long, et l’ensemble doit paraître harmonieux. Tous deux possèdent une tête aux larges oreilles portées droites. Le Cardigan est un peu plus grand et lourd que le Pembroke.
Cardigan : environ 30cm au garrot pour un poids de 15 à 22 kg selon le sexe.
Pembroke : pas plus de 30 cm au garrot pour un poids de 10 à 18 kg selon le sexe

Traditionnellement, on coupait la queue des Pembrokes. De nos jours, on trouve de plus en plus de Pembroke ayant gardé leur queue, à la fois pour des raisons esthétiques, et de réglementations européennes interdisant les expositions aux chiens dont la queue est coupée. A la marche, la queue du Cardigan reste plutôt basse, tandis que celle du Pembroke tend à se relever davantage en faucille, trahissant ses origines spitz.

Welsh Corgi Cardigan
Amazing Blue de la Caverne des Anges

Le poil des deux races est légèrement différent : droit et dur, avec un sous-poil dense, il est un peu plus rêche chez le Cardigan. Il forme des culottes bouffantes chez les deux races, plus fournies chez le Pembroke. Le poil ne doit jamais être long ou « fluffy » (d’aspect similaire au berger des Shetland), ce qui est un défaut. Les Corgis muent régulièrement.

Les Cardigans possèdent davantage de couleurs que les Pembrokes : bringés, bleu-merles, tricolores, fauve et blanc avec toutes sorties de nuances. Les Pembrokes se rencontrent seulement dans les nuances du fauve et blanc et du tricolore. Tous deux possèdent des marques blanches réparties selon un patron précis chez le Pembroke, et qui ne se doit pas envahissant chez le Cardigan.

L’entretien du Welsh Corgi

Welsh Corgi Cardigan et Pembroke
Welsh Corgi Cardigan à la robe bringée

Les Corgis sont des chiens rustiques dont le défaut majeur est la gourmandise. Alors attention au surpoids qui fatiguerait leur dos long, l’alimentation doit être calibrée sur leur activité.

Les Corgis ne connaissent pas de problèmes de santé majeurs. Leur croissance, comme celle d’un grand chien, doit toutefois être attentivement surveillée, avec une nutrition de qualité. Pendant leur première année, on évitera toute activité physique trop intense, la montée et la descente des escaliers (ou saut de canapé) de façon répétée devra être proscrite.

Il est souhaitable de brosser leur fourrure très régulièrement, comme de les laver de temps à autres. En période de mue, on intensifiera les brossages pour aider le poil mort à s’évacuer, et on complémentera l’alimentation avec un peu d’huile de poisson, de la levure de bière ou tout autre apport vitaminé permettant au pelage de se reconstituer, plus beau.

Leur longévité est très bonne, sauf problème particulier on les emmène souvent jusqu’à l’âge de 15 ans, voire plus. Encore une fois, la qualité et le dosage de l’alimentation sont déterminants.

Look original, entretien facile, caractère enjoué, le Welsh Corgi a tout pour plaire !

Textes : © Béatrice QUINIO (Éleveuse et Présidente du Corgis Club de France)

Welsh Corgi Pembroke
Portée de Pembroke de l’élevage Shamquin

Copyright photographies : © Béatrice QUINIO © Jocelyne THOMAS© Annemarie GENDRE-PETER

Elevage Shamquin
Béatrice Quinio et Jocelyne Thomas
10 le Pré d’Oie, Montabé
91470 Boullay-les-Troux
Tel : + 33 (0)1 60 12 95 11

Elevage de la Caverne des Anges
Jocelyne Thomas
La Forge
89350 Grandchamp
Tel : + 33 (0)3 86 45 78 38
http://www.lacavernedesanges.com

Page 3 sur 1712345...10...Dernier »