Australian Cattle Dog ou Bouvier d’Australie

Australian Cattle Dog ou Bouvier d’Australie

Les origines de l’Australian Cattle Dog ou Bouvier d’Australie

Des discordes sur l’origine de l’ACD au sein des éleveurs français subsistent.

Chien de Berger Australien
Une morphologie proche du Dingo ?

Historique selon l’American Kennel Club

Le physique de l’Australian Cattle Dog (Bouvier d’Australie).

L’apparence de l’Australian Cattle Dog dévoile un physique de chien de travail, fort, courageux et intelligent, avec une puissance et une endurance peu connue chez les autres chiens de cette taille. Leur taille variant de 43 cm à 51 cm au garrot.

Apparaît aux yeux de l’observateur, un physique d’athlète harmonieusement construit. L’ACD est capable de mouvements rapides et brusques , indispensables lorsqu’il conduit des troupeaux de races bovines parfois belliqueuses.
Sa substance, sa puissance, l’équilibre de ses formes, la qualité de ses muscles lui procure une exceptionnelle agilité et beaucoup de force.
Sa tête est forte avec un crane large entre les oreilles. Ses joues sont musclées. Ses yeux sont de forme ovale et de dimensions moyennes. Ils expriment la vivacité et l’intelligence. Son cou est extrêmement fort, musclé. La ligne du dos est horizontale et la longueur du corps est légèrement supérieure à la hauteur du garrot. Sa poitrine est bien descendue et musclée. La croupe est plutôt longue et inclinée. Son fouet atteint approximativement le jarret; au repos, la queue pend en formant une très légère courbe; elle porte une brosse. Les pieds doivent être ronds avec des doigts courts et bien serrés ( pieds de chat ).Son allure est franche, souple, dégagée et facile. Au trot, les pieds ont tendance à se rapprocher à mesure que la vitesse augmente. Le poil est court, lisse, double et imperméable. La couleur de la robe est soit bleue, soit truitée de rouge. Ce chien peut porter un coquard ou un masque, noir pour les « bleus » et rouge plus foncé pour les « rouges ». Mais ce n’est nullement obligatoire.

Bouvier Australien
Trois bouviers australiens bleus

L’ACD, de part ses origines, possède l’avantage d’avoir une odeur moins forte que les autres chiens de race. Son look rustique nous fait penser à son proche parent du bush australien et sa nature sauvage.

Le bouvier australien fait parti des chiens qui n’aboient que très peu et toujours à bon escient comme dans le but d’alerter ses maîtres de la présence d’un intru sur son territoire. Une autre particularité de l’ACD : le hululement qui remplace l’aboiement traditionnel dans certaines situations d’excitation.

Parfois affublé d’un oeil au beurre noir, bien que cette tache ne soit pas systématique, l’ACD est un chien de taille moyenne, fort et compact, crée en Australie pour conduire les troupeaux de bovins, jusqu’aux marchés par des pistes longues et ardues.
Les qualités majeures de ce chien sont donc une étonnante résistance, la faculté d’adaptation et l’endurance. Il est quasiment silencieux au travail, guidant les bestiaux avec précision et le minimum d’effort.

Le caractère de l’Australian Cattle Dog ou Bouvier Australien

Bouvier Australien au troupeau
Un chien de troupeau

L’Australian Cattle Dog est un chien rustique, fait pour le travail.
On pourrait croire que son physique fort, musclé, compact a déteint sur son caractère. En effet, c’est un chien au mental bien trempé.

Il arrive à gérer des situations très diverses grâce à son extrême intelligence.
Très courageux, il accomplira jusqu’au bout la tache qui lui a été demandée.
Pour ne pas saboter le potentiel de ce chien tellement doué, il devra trouver en son maître un allié, en qui il mettra toute sa confiance. Dès lors, il lui vouera une vénération sans limite. Mais il se refuse à devenir un « esclave » et ne travaillera que par complicité avec son maître. Pour avoir le plaisir de lui avoir fait plaisir.

 » Le bouvier d’Australie est d’un tempérament intrépide et déterminé. « 

Son maître doit comprendre qu’il ne doit pas avoir avec son ACD, un rapport de  » force », en étant un « dominateur » ; mais faire admettre à son chien, avec fermeté mais beaucoup de douceur, que c’est lui le « bon chef de meute ».

Bouvier australien bleu

Par son attachement à son maître, aux autres membres de la famille, de son troupeau ou de sa propriété, l’ACD devient sans dressage, un gardien hors pair et un excellent protecteur.
Il garde de son ascendance Dingo, une méfiance innée envers l’étranger, qu’il jaugera de son regard. En cela, il assure parfaitement son rôle de gardien. Il observe ce qui se passe autour de lui et est constamment en éveil. Ses yeux qui reflètent, en outre son intelligence, ont la particularité de faire apparaître une lueur d’avertissement ou de méfiance à l’approche d’un inconnu.

Connu pour sa loyauté, sa protection du maître et de ses biens, l’Australian Cattle Dog est très sélectif à reconnaître ami ou ennemi. Curieux mais méfiant avec les étrangers, il est cependant très doux par nature; mais devient agressif si son maître ou ses biens sont menacés. Son dévouement est proverbial et il est prêt à sacrifier sa vie pour les siens. Il est affectueux, joueur, et désireux de plaire. Il doit être traité avec respect, en retour il vous montrera le même respect. Pour l’éducation, il doit être traité avec énormément de douceur.

Les besoins de l’Australian Cattle Dog ou Bouvier d’Australie

L’Australian Cattle Dog est un chien polyvalent. A l’aise dans toutes les disciplines canines. Cependant, le Ring, discipline au « Mordant », lui convient moins bien; ceci étant du à la « mécanisation » du chien que cette discipline impose. Le Mondioring faisant appel à l’intelligence de gestion envers des situations diverses, lui conviendra mieux.

Bouvier Australien
Mère et chiot

L’ACD est un chien rustique, je dirais campagnard plutôt qu’urbain, ayant besoin d’énormément d’activité. La vie en appartement ne lui convient pas. A moins d’avoir un maître très sportif, qui fera avec lui quotidiennement du jogging, au moins 2 heures par jour ou encore mieux, de longues ballades à vélo. S’il travaille sur troupeaux de bovins, c’est un chien de contact et un talonneur plutôt qu’un rabatteur.

Il est très proche de son maître et a besoin qu’on lui chuchote les ordres au lieu de les lui crier. Les hurlements à son encontre restent improductifs. La violence verbale et ou physique sont prises comme un excitant. Le chien répondra le plus souvent par l’agressivité. La réprimande par une intonation ferme et sévère, suivie immédiatement d’une caresse lorsqu’il obtempère, donne d’excellents résultats; l’ACD ayant une grande faculté de compréhension.
Pour l’ACD, la hiérarchie s’impose d’elle-même; pour autant qu’il ait un maître qui sache la faire respecter par la fermeté, mais la douceur, et surtout la justice.
Ce chien ne supporte pas d’être confiné entre 4 murs, ni d’être enfermé de longues heures au chenil. Il a besoin d’espace. Son activité de prédilection est la conduite des troupeaux. Il aime avant toute chose faire plaisir, chez lui, c’est un réel besoin. Pour son équilibre, il lui faut donc un maître sachant lui exprimer le plaisir ressenti.
Actuellement en Europe, il ne talonne plus les troupeaux, il faut donc qu’il puisse se défouler autrement. De façon purement ludique, tout simplement par le biais des balades, randonnées à pied ou à cheval, ou bien en le lançant dans des disciplines canines à un degré de compétition plus ou moins élevée. Il est doué pour l’Agility; il présente de bonnes dispositions pour l’Obéissance; Le « Mordant » Sportif peut être envisagé : il a une prise étonnante. C’est à ce prix que l’ACD sera un chien hyper calme dans la maison.
Il a une personnalité à tendance dominante, qu’il soit male ou femelle. D’où la nécessité de parfaitement le sociabiliser. Pour ce faire, l’éleveur ne devrait jamais céder les chiots avant l’age de 10 ou 11 semaines, afin que l’éducation faite par la mère, et mieux, par la meute, soit terminée et comprise. Le chiot deviendra alors un adulte équilibré, sachant fraterniser avec ses congénères.

L’entretien et la santé de l’ACD

Chiot Bouvier Australien
Chiot ACD bleu

Pas d’entretien spécifique, seulement un coup de brosse de temps en temps, pour le plaisir du chien. Ses poils courts sont faciles à entretenir, mais il faudra intensifier les brossages lors des mues.
Son coté rustique semble le prémunir contre la maladie.

 » L’Australian Cattle Dog est un chien de travail. « 

Une vie de sédentaire ne lui convient pas, car il demeure un chien très actif.
La vie à la chaîne ou en chenil est à proscrire pour le bien-être de ce chien.
Un ACD a besoin de passer un maximum de son temps en la compagnie de son propriétaire et lui faire plaisir.
C’est un chien proche de son maître que l’on qualifiera même parfois de « pot de colle ».
Peu disposé aux problèmes de santé, il réclamera plus d’amour que de soins médicaux.

Copyright textes et photos : © Yolande RADIGUES © Boumédienne BENHAMOU
Elevage du Yéo

Le Gachoutat
Chemin de l’Espienne
32220 PUYLAUSIC
05 62 63 98 67

Bobtail ou Old English Sheepdog

Ses origines

Le bobtail, ou Old English Sheepdog est, comme ces deux noms l’indiquent, un vieux chien de berger anglais, dont la queue était écourtée juste après sa naissance. En raison de l’évolution des réglementations sur la caudectomie, interdisant celle-ci dans de nombreux pays, de plus en plus d’éleveurs renoncent à cette pratique, même si elle est toujours autorisée en France.
Actuellement, dans le milieu cynophile francophone, les deux appellations de la race précédemment citées sont progressivement remplacées au profit la terminologie : « Berger Anglais Ancestral ».

Comment est il arrivé chez nous ?

Quelques amateurs ont permis aux premiers spécimens de la race de traverser la manche dans les années 1920, pour arriver de façon très confidentielle en France.
Un véritable phénomène de mode pour cette race a vu le jour au début des années 1980, pour atteindre un niveau record d’inscriptions au L.O.F. l’année 1986, avec plus de 2600 naissances. Après ce pic de folie qui a durement éprouvé la race, quelques dizaines de passionnés ont repris le bobtail en main, mais les inscriptions n’ont cessé de décroître, pour se stabiliser depuis quelques années aux alentours de 200 naissances par an.

Plusieurs hypothèses se contredisent sur l’origine du bobtail, l’une d’elle sans doute la plus probable, situe le berceau de la race, dans les campagnes retirées du sud ouest de l’Angleterre. Le bobtail était l’adjoint des bergers pour lesquels il surveillait et conduisait les troupeaux d’ovins et de bovins.
Ce sont principalement les frères Tilley de l’élevage « Of Shepton » qui ont sorti le bobtail de l’anonymat des campagnes, en les présentant dans les expositions canines et en assurant ainsi la promotion pour cette race.
Ce sont donc tout naturellement des bobtails « Of Shepton » qui furent les premiers à fouler le sol américain, et qui furent à l’origine du bobtail « made in USA ».
L’apparition plus générale du bobtail en Europe remonte aux années 1970.

Son comportement général

« La silhouette du bobtail ne laisse personne indifférent. »

Sous sa longue toison bicolore, blanche à l’avant, et grise à l’arrière, se cache, non pas un gros « nounours », mais un vrai chien, avec un potentiel musculaire qui peut faire du bobtail un véritable sportif. Son caractère sans égal en fait un compagnon hyper fidèle, qui s’adaptera facilement à tous les modes de vie que vous lui proposerez. S’il est un ancien chien de berger, il a vu son affectation se modifier avec le temps. Il est aujourd’hui un des plus gros chiens de compagnie, son nouveau troupeau est la famille.
Comme tout chien, vous devez, dès son plus jeune âge donner au bobtail l’éducation qu’il attend de vous. Vous pourrez ainsi emmener ce compagnon partout avec vous. Il sera tout aussi bien votre compagnon de jogging, ou votre voisin de…….canapé.
Votre présence et vos caresses sont ses plus belles récompenses.

Sa santé, les maladies fréquentes

La morphologie du bobtail en fait un chien très compact, avec un poil très dense qui doit être rêche. Le mâle bobtail ne doit pas mesurer moins de 61 cm au garrot, alors que pour la femelle la taille ne doit pas être inférieure à 56 cm. Il n’y a pas de limites supérieures. Le poids quant à lui se situe aux alentours de 40 kg pour le mâle et de 32 kg pour la femelle.

Bobtail
Nursery

Comme tous les chiens de grande taille, il peut être touché par la dysplasie de la hanche, c’est pourquoi nous vous recommandons lors de l’acquisition d’un chiot de vous assurer que l’éleveur a bien pris soin de faire radiographier ses géniteurs et qu’il n’utilise pour la reproduction que les sujets exempts de dysplasie.

La petite faiblesse du Bobtail se situe au niveau digestif. Son intestin est assez sensible et ne supporte pas très bien les changements brutaux d’alimentation. Cela peut se traduire par des diarrhées. Afin de vous prémunir de ces petits désagréments, nous vous conseillons de ne pas varier l’alimentation de votre Bobtail, ou si vous êtes obligé de le faire, de réaliser une transition sur au moins 15 jours.

« Le Bobtail est un chien rustique qui n’est pas spécialement fragile. »

En période printanière et estivale, vous devez vous méfier des tiques qui sont des parasites externes qui se piquent sur votre chien et qui restent accrochées à sa peau afin de se nourrir de son sang. Elles peuvent être porteuses et transmettre la piroplasmose. Les colliers anti-tiques sont peu efficaces sur le bobtail, nous vous conseillons plutôt les pulvérisateurs ou les pipettes.
En règle général le bobtail est plutôt volubile, si un jour votre Bob semble abattu, ne veut pas manger ni jouer, ce n’est pas normal, il faut prendre sa température et aller consulter le vétérinaire dès que possible.

Son caractère

C’est peut-être son apparence qui vous attirera, mais c’est à coup sûr son caractère qui vous séduira. Le Bobtail n’est pas un chien indépendant, il a besoin d’avoir une présence, afin de venir réclamer des caresses et prodiguer ses « léchouilles ». Il n’est pas fugueur et se fait un devoir de vous suivre partout afin de ne pas rater une miette de vos faits et gestes.

Il est très sociable avec ses congénères. Ce n’est pas un champion de l’obéissance, il est un peu rêveur, mais il est tout a fait possible de lui apprendre les ordres de base qui lui permettrons de s’intégrer facilement dans la société. Cette éducation peut débuter dès son plus jeune âge.
Les mâles demandent un peu plus de fermeté que les femelles dans l’éducation, vous ne devez pas craquer devant « l’aspect » de nounours du Bobtail, vous devez rester ferme et ne pas oublier quelle est sa place dans la hiérarchie familiale. C’est à vous d’imposer des règles à votre chien et non le contraire.

Sa toilette, les soins nécessaires

Old English Sheepdog
« Couette » pour mieux voir

Le bobtail, comme tout chien à poils longs nécessite un entretien régulier. Plutôt qu’un coup de brosse superficiel chaque jour, il faudra préférer des séances un peu plus longues toutes les deux semaines, ceci afin d’éliminer de façon préventive le sous poil cotonneux avant qu’il ne forme des noeuds. Un éleveur spécialiste de la race saura vous guider et vous informer sur la bonne technique pour entretenir votre bobtail. Les bains sont facultatifs, si le brossage est correctement effectué. Le manteau de poils du bobtail est un vrai isolant qui le protège du chaud, comme du froid, il ne faut pas le raser. Il est préférable d’attacher les poils devant ses yeux, pour lui assurer une meilleure vision, et le rendre moins inquiet devant les situations qu’il rencontrera.

Il est important de surveiller le système pileux à l’intérieur des oreilles et de ne pas hésiter à retirer les poils avant que le conduit auditif ne soit totalement obstrué. Cette action aura un rôle préventif sur la survenue éventuelle d’otites.

Sa nourriture idéale

Comme nous l’avons indiqué au préalable, l’appareil digestif du Bobtail est un peu fragile c’est pourquoi nous vous conseillons de vous tourner vers des aliments secs en croquettes, dont le type sera fonction de l’âge et de l’activité de votre Bob. Vous éviterez ainsi les variations de son bol alimentaire. Chez un sujet jeune il est préconisé de lui donner 3 repas, alors que l’adulte se contentera d’un seul repas, de préférence le soir, dont la quantité sera d’environ 400gr, selon le type de croquettes. Vous ne devez pas oublier de laisser à votre bobtail toujours une gamelle d’eau propre pour lui permettre de boire à volonté.

Et enfin quelques conseils pour bien vivre avec un bobtail !

Puppy Old English Sheepdog
Le noir deviendra gris

Avant de prendre votre décision d’acquérir un bobtail, vous devez vous poser les questions suivantes :

  • Aurai je suffisamment de temps et de volonté pour entretenir de manière régulière mon Bobtail ?
  • Suis-je prêt à être ferme et cohérent dans l’éducation que je veux donner à mon Bobtail ?

Si vous répondez par l’affirmative à ces deux questions, alors contactez des éleveurs sérieux et compétents, armez vous de patience car la production de chiots de qualité est faible, n’hésitez pas à vous déplacer, parfois assez loin. Le jour où le chiot arrivera vous pourrez alors profiter pleinement du bonheur de cette race qui vous rend au centuple toutes les preuves d’affection que vous lui témoignerez.

Copyrights textes et photographies : © Pascal GRAPPIN © Pascale GRAPPIN

Page 14 sur 17« Premier...1213141516...Dernier »