Dalmatien

Les origines du dalmatien

Au 16ème siècle, le dalmatien fut représenté dans de nombreuses peintures.
Au 17ème siècle, il est très apprécié en Angleterre où il est sélectionné et valorisé. Ses aptitudes de trotteur, de gardien, et de chasseur en font un véritable « chien de coche » et d’équipage. Son entente parfaite avec les équidés en ont fait le compagnon idéal des attelages d’autrefois : Chien de taille moyenne, le dalmatien est musclé, actif, harmonieux dans ses lignes, doté d’un trot remarquable. Sa robe très séduisante a pour couleur de base le blanc pur et comporte des taches rondes et bien dessinées, pouvant être soit noires, soit brun foie. Son poil est court et brillant à taches bien réparties. Sa queue, portée avec une légère courbure vers le haut, n’est jamais enroulée sur le dos.

Le standard de Dalmatien a été rendu officiel en 1890.

En 1960 le dalmatien fit sa première apparition en Exposition à Birmingham. Il est le plus répandu en Angleterre et aux états unis et est connu en Italie, Hongrie, Pologne et ex-Tchécoslovaquie et la race est reconnue en 1955 par la FCI comme chien courant de Dalmatie.

Caractéristiques physiques du Dalmatien

Le Dalmatien est un chien harmonieusement proportionné, musclé et élégant. Il est vigoureux et vif ; d’une silhouette symétrique aux lignes pures, il n’est en rien grossier ni lourd en tant qu’ancien chien de coche et peut faire preuve de beaucoup d’endurance à vive allure.

La couleur de fond est d’un blanc pur. Les taches peuvent êtres de couleur noires ou foie et bien rondes et avoir un diamètre de 2 – 3 centimètres. Les taches en tête, sur la queue et aux extrémités sont plus petites. Les patch et oeil bleu ne sont pas confirmables entres autres.

Hauteur au garrot chez les mâles : 56-61 cm, chez les femelles : 54-59 cm.
Poids chez les mâles approximativement 27-32 kg, chez les femelles approximativement 24-29 kg.

Plus d’ infos sur le standard : www.dalmatien-club-francais.org

Les besoins du Dalmatien

Chien Dalmatien
Dalmatien tacheté noir© Nathalie LACROIX

 

Le dalmatien a besoin d’espace, d’exercice, c’est un sportif. Il ne doit être ni tenu à l’attache, ni être brusqué. Il doit se dépenser et ne peut être enfermé. Deux sorties quotidiennes minimum lui sont nécessaires si vous voulez un chien épanoui, équilibré, et heureux. Son poil court nécessite qu’il couche à l’intérieur de la maison.
D’une vive intelligence, il s’éduque facilement s’il bénéficie d’une éducation ferme mais bienveillante. Il faut de la patience, de la fermeté dans l’éducation par le renforcement positif.

« Pour un dalmatien heureux, présence et exercice ! »

Le dalmatien est un chien affectueux, amoureux de ses maîtres et prêt à tout pour les satisfaire. Il n’aime donc pas rester seul trop longtemps et sera malheureux si vous travaillez toute la journée…

Le caractère du Dalmatien

Il est fidèle, sensible affecteux et joueur. Son amour pour ses maîtres est sans limite. Il s’attache à tous les membres de la famille et veut faire partie intégrante de celle-ci. Les enfants vont trouver en lui un compagnon de jeu et un confident pour la vie.

Dalmatien
Le Dalmatien est joueur et sportif© Nathalie LACROIX

Le dalmatien est parfois têtu et surtout très intelligent.
Il est vrai que quand il a une bêtise en tête il ne l’a pas ailleurs ! Il sait exactement ce qu’il veut et peut mettre tout en oeuvre pour parvenir à ses fins. Ne croyez pas qu’il ne comprend pas ce que vous lui demandez, bien au contraire ! Il attend juste d’y revenir plus tard !

Éduquer un tel chien vous prendra du temps. Il vous faudra savoir doser douceur et renforcement positif dans l’apprentissage, fermeté quand il désobéit.
Ne lui cédez rien. Ne lui autorisez pas un jour ce que vous interdirez le lendemain, il ne comprendrait pas.

Un rien voleur. Il est gourmand il ne faut rien laisser, même en hauteur pour quelques secondes et savoir être ferme si vous le prenez en flagrant délit. Il adore aussi toutes vos petites affaires que vous pourrez retrouver dans sa panière ou dans sa cachette préférée. Sachez utiliser sa gourmandise et son affection pour l’éduquer.
C’est ainsi que vous préserverez sa joie de vivre et son enthousiasme naturel.

Excellent gardien , il vous avertira dés que quelque chose lui semblera anormal. Attention à qui pénétrera chez lui sans y avoir été convié.

Santé

Le dalmatien est un chien d’une durée de vie entre 13 et 15 ans. Cependant il a quelques points faibles : surdité congénitale, pathologies du systéme urinaire, allergies de peau notamment.

La surdité du fait de son « fond de robe » blanc est un problème contre laquelle tout éleveur doit lutter. La seule méthode fiable est de tester les reproducteurs et les portées par PEA.

Il faut veiller à son alimentation.
Trop de protéines, ou des protéines de mauvaise qualité peuvent en effet favoriser chez le dalmatien, du fait de son métabolisme, de l’acide urique, la formation de calculs urinaires et la survenue de dermatites.

Alimentation

« Attention aux protéines »

Du 2 au 5ème mois inclus, donnez-lui une alimentation pour chiot en 3 ou 4 repas : il en a besoin pour se construire et se développer. Veillez à réduire les protéines à partir du 6ème mois en passant en gamme Junior jusqu’à 18 mois environ.
A l’âge adulte, il vous faudra lui donner sa ration, adaptée à son rythme de vie et à son poids de forme (ne pas suivre uniquement les indications de l’emballage).
Il faut rechercher un taux de protéines inférieur ou égal à 20% .
Le taux de protéines des aliments classiques est, en général, de 25% voir plus !
N’hésitez pas à lui rajouter un filet d’huile végétale (olive…) de temps en temps si le taux de matière grasse vous semble faible ou si la saison est froide.
Il est donc nécessaire pour le Dalmatien de choisir un aliment dit « premium », c’est-à-dire de qualité supérieure.
A proscrire : les viandes de boeuf, abats, levure de bière… Préférer les viandes blanches.

 

Chiot Dalmatien
Chiot Dalmatien© Nathalie LACROIX

 

Textes :

  • © Nathalie LACROIX
  • Extraits du Standard FCI. N° 153 / 25.11.1999/F

 

Photographies :

  • © Nathalie LACROIX

Coton de Tuléar

Coton de Tuléar

Les origines du Coton de Tuléar

Coton de Tulear
Le Coton de Tuléar : un petit chien sportif

Cousin apparenté des bichons, le Coton de Tuléar a fait son apparition en France, premier importateur de ce petit comique en robe blanche, dans les années 70 où il a depuis si vite fait parler de lui qu’il est maintenant répandu sur une grande partie de la planète.

 

Les origines de son nom sont on ne peut plus simple ; « Coton » pour la si particulière texture douce de son poil rappelant celle des fleurs de coton et « Tuléar » étant la principale ville portuaire de Madagascar, pays d’origine de ce petit charmeur des îles, souvent appelé aussi petit chien royal de Madagascar.
On raconte que le Coton doit ses caractéristiques actuelles au croisement de petits bâtards ratiers de l’île et de petits bichons débarqués de bateaux à l’époque des premiers échanges commerciaux entre l’Europe et l’île au 16ème siècle, donnant ce petit chien blanc, à la fois vif et intelligent comme l’étaient ses premiers habitants, mais aussi d’apparence élégante, comme l’étaient ces petites bichonnes de luxe de l’époque. Les siècles ont naturellement forgé le physique et la santé qu’on lui connaît aujourd’hui. Le Coton a très vite remporté un vif succès en France qui est détentrice du standard et sa popularité ne semble pas vouloir s’épuiser.

Caractère et éducation du Coton

Ce joyeux luron d’apparence fragile est en fait d’une robustesse incomparable. Bien que petit, il est sportif, utilisé autrefois à la chasse au sanglier, gardiennage de troupeau, aujourd’hui, il est plutôt prisé pour l’agility. Ce petit chien rustique est doué dans tout ce qu’il entreprend et pourra même, tel un chat, débusquer les souris du jardin.

Bien qu’aboyeur pour prévenir de l’arrivée de quelqu’un, il n’est pas excessif.
Il s’adapte facilement à tous les styles de vie ; que ce soit en maison ou en appartement, ville ou campagne, retraités ou sportifs, mer ou montagne, tout lui convient du moment qu’il capte l’attention de ses maîtres qu’il sait d’ailleurs amuser par ses pitreries. Toute fois, une main de fer dans un gant de velours dès son jeune âge est recommandée, car intelligent, rusé même, c’est un séducteur dans l’âme et sait user d’un charme fou pour obtenir ce qu’il veut ; il saura sans nul doute reconnaître vos faiblesses et mener son petit monde par le bout du nez si vous n’y prenez pas garde. Même les chiens de grandes races n’y résistent pas, d’ailleurs rien ne lui fait peur ; le Coton ne semble pas avoir conscience de son gabarit.
D’un caractère parfois extravagant, il est curieux, toujours plein d’entrain. Il est de tous les voyages, très joueur sans être un grand turbulent et sachant être calme à la demande, se logeant sur les genoux en réclamant des caresses. De son côté, il n’est pas avare de bisous ou de câlins.

 » Le Coton n’aime pas la solitude et aura besoin de beaucoup de présence. « 

Sociable, la compagnie d’un autre chien, d’un chat ou même d’un lapin sera un excellent compromis si vous êtes trop souvent absent du foyer. Sans oublier la bonne sortie quotidienne, car le Coton a besoin de se dépenser, bien qu’il sache apprécier le moelleux des coussins de la maison.

La santé du Coton de Tuléar

chiot Coton de Tulear
Boogie à 10 semaines

Il n’y a pas de problème de santé particulier chez le Coton de Tuléar, de par sa sélection naturelle qui a fait de lui un petit chien rustique, il est plutôt résistant et rarement malade. Sont toute fois à surveiller les rotules, problèmes qu’on peut retrouver chez toutes les petites races, d’où l’intérêt de s’adresser à des éleveurs qui pratiquent ces tests, ainsi que ceux des tares oculaires. Néanmoins, les problèmes sont rares et le Coton bénéficie d’une santé de fer. Son espérance de vie moyenne est de 15 ans, il peut même facilement atteindre les 18 ans à condition de lui prodiguer, comme à toute race, une bonne hygiène de vie (alimentation adaptée et équilibrée, exercices).

 

Physique et entretien du Coton de Tuléar

chiot Coton de Tulear
Boogie à 6 mois commence à éclaircir

Le Coton peut naître blanc ou avec des tâches allant de nos jours du beige clair au noir, celles-ci devant fortement s’atténuer, voir disparaître avec l’âge et rendant sa fourrure immaculée de blanc (blanc ivoire ou blanc cassé, quelques mèches de couleurs sont admises sur les oreilles).

Malgré un aspect fragile et soigné, sous sa somptueuse fourrure se trouve un petit chien compact et musclé. Son poids varie de 3,5 à 5 kg pour une taille de 23 à 25 cm pour la femelle et de 4 à 6 kg pour une taille de 26 à 28 cm pour le mâle (avec une tolérance de – 1 et + 2 cm pour les deux sexes). Plutôt court sur pattes avec un corps un peu plus long que haut, un port de queue gai, un regard sombre et expressif sur une tête de forme triangulaire. Qualités particulières ; la ligne de dos est très légèrement voussée et la qualité de sa fourrure doit être exceptionnelle, celle-ci étant cotonneuse, typique de la race.

Le Coton a la particularité d’avoir un double poil, pouvant s’emmêler à la base, d’où l’utilité d’un entretien régulier et rigoureux. Pour cela, vous aurez besoin essentiellement d’une brosse et d’un peigne, la carde étant à proscrire pour cette race sous peine de voir sa fourrure s’abîmer et donc diminué. Habituez-le donc à être brossé dès son plus jeune âge, même si le poil n’est pas encore très long, ainsi les séances de toilettage n’en seront que plus faciles. Un bain tous les 4 à 6 semaines est une bonne moyenne avec un shampoing adapté à sa texture qui ne doit surtout pas « décaper », mais laver en douceur.

Un tendre petit diable en culotte courte

Chiot Coton de Tulear
Amstragram des Jardins de Gossypium

Un physique de charme, un caractère des plus sympathiques, une excellente santé, un chien qui a la pêche où même les fervents amateurs de grandes races y trouveront leur compte. Bref, on ne peut qu’être séduit par ce petit clown débordant de tendresse qui se révèlera être idéal pour le plus grand nombre d’entre vous.

 

Copyright texte et photos : Lydie VINCENT
Page 10 sur 18« Premier...89101112...Dernier »